Signe des temps ou résultat de la crise économique, il y a du nouveau dans l’échangisme contemporain. Les clubs libertins et autres saunas mixtes n’ont plus, semble t-il, les faveurs des couples partageurs. Ces derniers préfèrent, désormais, se retrouver en soirée privée. Cela valait bien un reportage sur le terrain !

La crise des clubs échangistes

Mais qu’est-ce qui a bien pu arriver aux clubs échangistes, dont toute la presse vantait le succès il y a encore de ça dix ans ? Un à un, les discothèques coquines comme les saunas libertins ferment leurs portes, dans presque toutes les régions de France. Oh, bien sûr, certains surnagent au dessus du marasme. Mais de tout de même : le temps est plutôt à la crise pour les temples de la débauche.

échangisme soirée privée

L’échangisme serait-il passé de mode ? Pas si sûr. Car si les couples coquins désertent les lieux commerciaux, dans le même temps, ils s’organisent. Si vous louez régulièrement un gîte, une maison ou une villa, sachez-le : les échangistes sont sur le coup, et rien ne vous garantit que votre résidence secondaire ne soit pas devenue le théâtre d’une bacchanale libertine.

La démocratisation du libertinage

Alors, pourquoi un tel phénomène ? « On en avait assez d’être pris pour des vaches à lait », explique Sonia, quadra aussi coquine que souriante, « les clubs abusaient sur les tarifs, et les prestations n’étaient pas toujours au rendez-vous ». Trop chers, les clubs libertins ? Pas si sûr, puisque l’organisateur de la soirée privée où nous nous trouvons demande tout de même 50 euros de participation par couple.

Pour Amélie, le problème n’est pas là : « la démocratisation de l’échangisme a tué les clubs. Quand on a commencé, on a eu une boule au ventre en sonnant pour la première à la porte d’un club. Aujourd’hui, les gens y vont comme ça. Pour s’encanailler, au mieux, par pure curiosité, dans le pire des cas. C’est exactement ça qui a pourri l’ambiance des clubs ».

Du côté de Didier, le gentil organisateur, l’explication à la désaffection des saunas et discothèques échangistes est d’abord technologique. « Avec le développement d’internet, ça devient de plus en plus facile de contacter des couples. Et de s’assurer, avec la webcam, que ce sont bien des couples. Du coup, les gens n’ont plus besoin des clubs pour se retrouver ».

Une soirée privée multicouple

Quoi qu’il en soit, nous voilà donc partis pour une soirée multicouple, comme disent les échangistes. Didier a fait les choses en grand. Un gîte rural loué tout le week-end, un buffet campagnard plutôt réussi, un DJ… Tout est là, comme dans un club. En mieux, aux dires des convives.

Mais quelle est exactement la nouveauté dans cet échangisme là ? Après tout, les rencontres entre couples au domicile de l’un d’eux ont toujours existé. La réponse à cette question est simple… et directe : 50 couples sont attendus ce soir. On n’est plus du tout dans les rencontres à trois, quatre ou six dans un petit appartement. Dans le gîte loué par Didier, ce sont 7 chambres réparties sur deux étages qui serviront de « coins-câlins ».

Autrement dit, la majorité des établissements officiels de l’échangisme sont dépassés, en terme de fréquentation. Et, de fait, les convives vont mettre être plus nombreux que prévus. A ma gauche, les habitués. Ils se claquent la bise (parfois sur la bouche), parlent de la dernière soirée de Didier. A ma droite, les nouveaux, qui sont accueillis les bras ouverts : « ah oui, ça change des clubs. Ces derniers temps, il n’y avait plus que des groupes constitués. Ils étaient tellement fermés que la rencontre devenait impossible » se réjouit Maeva, petite trentenaire boulotte mais sexy.

Vive l’échangisme en privé !

Les participants sont donc unanimes : l’échangisme en soirée privée, c’est mieux. Pour autant, certains fréquentent encore les clubs. Mais moins qu’avant. Et qu’iraient-ils y chercher ? la table est bonne et l’ambiance bien plus chaude que mes derniers souvenirs des « boites à partouzes ».

Au rez-de-chaussée, on mange, on boit (plutôt avec modération) et on danse. Au 1er étage, l’ambiance est à « l’échangisme à la papa » me dit en rigolant une libertine : monsieur A coquine avec madame B, et réciproquement, sans vraiment que les deux nouveaux couples se mêlent. Mais de tout de même, dans des chambres qui restent ouvertes à tout vent.

soriée échangiste privée

Mais c’est au 2ème étage que le mot « échangisme » prend tout son sens. Le lit unique de la première chambre accueille, à bien y compter, au moins quatre ou cinq couples. Voilà donc ce qu’on appelle une orgie ! Et bien non, on n’a encore rien vu.

Car dans la seconde chambre de ce troisième étage, Didier a installé plusieurs matelas à même le sol. Et les scènes qui s’y jouent sont plutôt trash. décidément, l’échangisme n’est plus tout à fait ce qu’il était !

illustrations : X Reporters (lien réservé aux adultes)